Force Critique

Allez donc au www.feuavolonte.com

  • À propos

    NOUVEAU BLOGUE : Feu à volonté!. Celui-ci va mourir prochainement d'une agonie lente et atroce.

Kanye West – 808’s and Heartbreaks [2008]

Posted by Olivier Morneau sur samedi 3 janvier 2009

kanyewest808andheartbreaksTout bonnement, comme ça, Kanye West s’est imposé comme l’une des plus grandes puissances du hip-hop de la présente décénnie. Avec 3 excellents disques, chacun ayant été acclamé autant par les critiques et par les fans, monsieur West, probablement le plus geek des rappeurs, a tout pour être heureux : argent, grande maison bref, le bonheur capitaliste parfait. Tout bonnement, comme ça, Kanye a lancé son quatrième album dans la foulée de la préparation des palmarès de l’année (ce qui lui a empêché d’être dans le mien, je l’avais pas assez écouté). Tout bonnement, comme ça, mais avec des avertissements, le titan a changé de style. Il a décidé de faire différent, de créer quelque chose d’autre qui ne ressemblerait pas à son style habituel. Car, malgré son immense succès, l’homme a du affronter des épreuves, comme la mort de sa mère quelque part entre son 3e et 4e disque. Alors on en est là, un 808’s and Heartbreaks qui ressemble plus à un album hors-série, un espèce de disque bonus qui ne s’inclut pas vraiment dans la discographie de West mais qui réussit magnifiquement à prouver son immense talent. Car il en a, le jeune homme.

Les grosses différences entre cet album est les autres de Kanye sont les suivantes : remplacement de vocals rappés et de beats hip-hop par du RnB noir, un peu atmosphérique et profond, l’utilisation du vocodeur sur pratiquement toutes les voix de l’album et des pistes se regroupant autour des thèmes de la peine d’amour, de la tristesse, des mauvais côtés de la célébrités et autres trucs du genre. Donc, ça fait quoi exactement, un Kanye West en pleurs?

Ça débute son disque par une chanson lente, poussée par de petits sons électroniques, une chorale synthétisée et un chant robotique à la Daft Punk. Il en résulte 6 minutes 18 secondes déroutantes, inatendues qui tire sa mélodie de la profonde noirceur dégagée plus que de l’explosion musicale qui ne viendra jamais. S’ensuit la très bonne Welcome to Heartbreak, plus rythmée que la précédente mais gardant la même palette de couleurs comme ambiance. On y retrouve des paroles assez surprenante : « My friend showed me pictures of his kids / And all I could show him was pictures of my cribs / He said his daughter got a brand new report card / And all I got was a brand new sports car », qu’on aurait peut-être jamais cru pouvoir sortir de la main de Kanye. Plus loin, Love Lockdown, avec son rythme lent, sombre et propulsé uniquement par 2 notes de basse électronique et un petit riff de piano, est un single excellent avec son refrain explosif qui met en scène des tambours africains mélodiques et puissants. Paranoid fait un peu contraste avec ce qui a été dit jusqu’à présent, avec son aura électro-pop fluo et la rapidité du tempo.

Robocop démarre avec un beat qui pourrait aller jusqu’à faire penser à Nine Inch Nails pour ensuite dramatiquement donner la place à des orchestrations de cordes allant très hautes et suivant la rythmique de départ. Street Light pourrait presque se qualifier de noise-RnB (!) avec le bruit de fond ultra-permanant tout au long de la chanson. Mentionnons aussi See You in my Nightmares, en collaboration avec Lil Wayne, morceau de pop-électronique noir suivant logiquement le reste de l’album.

On en conclut quoi alors? Disons que Kanye West n’avait vraiment pas besoin de prouver son talent puisqu’il l’avait déjà fait avec ses précédents opus. Non, ici, il prouve être capable d’une puissante diversité, qu’il ne se répétera pas et que le conventionnel n’est pas vraiment le manteau qu’il aime porter. Le minimalisme des 11 chansons de l’album est surprenant et agréable. Ça peut devenir un peu redondant à la longue, par contre. Tout de même, malgré que ce soit le pire album de Kanye West depuis le début de sa carrière, il n’a vraiment rien à se reprocher, ce disque est bon, même s’il ne tournera pas autant dans les clubs.

Note : 3.5/5

Une Réponse to “Kanye West – 808’s and Heartbreaks [2008]”

  1. Francky 01 said

    Salut !
    Tout le monde en parle : Les Inrocks (6 de leur top 2008), les blogs. Kanye West est un bon rappeur avec de bon sons et beats. Cet album, que j’ai vaguement écouté sur deezer, à l’air très différent, plus « dance électro ». Soit. Mais dans le registre hip hop électro mutant et novateur, je préfère Antipop Consortium, Beans, Prefuse 73, TTC, Quasimoto, Madlib, cLOUDDEAD, Why?, bref, les groupes signés chez les excellents labels Warp, Big Dada (Ninja Tune), Stones Throw, Lex, etc…
    Plus novateurs, plus expérimentales mais plus difficiles d’accès je l’accorde.
    A + !!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :