Force Critique

Allez donc au www.feuavolonte.com

  • À propos

    NOUVEAU BLOGUE : Feu à volonté!. Celui-ci va mourir prochainement d'une agonie lente et atroce.

Arcade Fire – Funeral [2004]

Posted by Olivier Morneau sur mardi 21 octobre 2008

J’ai démarré ce blog avec l’envie de commenter l’actualité musicale, ce que je fais le plus régulièrement possible quand j’en ai envie. Mais parfois, l’actualité musicale ne m’inspire pas. Depuis que j’ai commencé à écrire ici, j’ai critiqué de bons albums, de moyens albums, quelques albums mauvais (je choisis quand même ce que je vais critiquer, ce qui, bien souvent, m’évite d’écouter des trucs que j’apprécie pas), et quelques très bons albums. C’est peut-être parce que je les ai ratés, mais depuis le mois de mars, j’ai écouté aucun nouvel album suffisamment bon pour mériter une note parfaite. Je peux être trop critique. J’ai peut-être peur aussi de donner une note parfaite à un nouvel album, étant donné que je ne l’ai pas assez écouté et décortiqué pour pouvoir vraiment lui coller une note parfaite. Alors là, je me suis décidé. J’ai envie d’écrire sur un album parfait, peut-être (ça fait beaucoup de supposition, hein?) même mon préféré, c’est-à-dire Funeral, le premier album d’Arcade Fire. Voilà.

Comment commente-on un chef-d’œuvre? Commence-t-on tout simplement avec l’incroyable qualité des chansons? L’énorme énergie émotionnelle qui nous est balancée? La fraîcheur? Peu importe, moi, j’ai commencé avec tout ça. Chaque fois que j’écoute Funeral, j’ai des frissons. Je ressens quelque chose qu’aucun autre album ne me fait ressentir. Mais ça, c’est juste moi. Si je qualifie la musique sur l’album, je peux quand même me dire que je ne suis pas seulement qu’un gars trop émotif. Tous les moments du disque sont puissants, parfaits et naïfs. Neighborhood #1 raconte une histoire d’amour d’enfant à la fois dramatique et candide assez imagée pour faire pleurer un iceberg. Dramatique parce qu’elle nous donne l’impression que tout est futile, que tout va se terminer un jour, mais candide parce que deux enfants se sauvant de chez eux pour se retrouver, c’est beau, c’est naïf, ça inspire. Neighborgood #2 est chargée d’émotion larguée d’une façon différente, plus directe et plus rock. Faire une si grande métaphore à propos d’envies suicidaires relève du génie. Crown of Love, bien que tragique à l’os et capable de faire pleurer encore plus d’iceberg que Neighborhood #1, se termine en déchargeant des émotions sur un finale de violons dansants. Wake Up emprunte des façons de faire au baroque pour se transformer en un glorieux ensemble de chorales d’espoir. Avec Rebellion (lies) et son piano simple, sa montée en force, son mélange entre paroles pessimistes (Every time you close your eyes / Lies) et musique moins sombre, son impression en live qu’elle est interprétée par une armée en mouvement, on a droit à une dose impressionnante de sentiments. Tout ça se termine avec une brisure monumentale, puisqu’In The Backseat vient chercher chacun d’entre nous au plus profond de nos ressentiments et brise, à 2 minutes 47 secondes, toutes les aspirations le moindrement positives que l’album aurait pu nous donner. L’album nous plonge dans un univers troublant d’émotions entremêlées qui se contrarient, se combattent, s’écrasent, explosent et s’effondrent, pour finalement venir casser ce qui se tramait dans notre intérieur. Et je n’ai pas parlé de Neighborhood #3 encore. J’ai voulu la garder pour la fin, simplement parce que cette chanson représente quelque chose de personnel. Si, aujourd’hui, la musique m’intéresse autant et que je n’écoute pas de la merde radiophonique, c’est parce que j’ai entendu cette chanson à l’âge de 15 ans et qu’elle m’a accrochée. Après cela, c’était fini les groupes poches de rock moderne qui se ressemblent tous et les rappeurs avec des beats crappy à n’en plus finir. Non, avec cet album tout a changé, tout a commencé pour moi. Et il mérite une note parfaite bien pour sa qualité objective que pour ce qu’il représente pour moi.

Note : 5/5

4 Réponses to “Arcade Fire – Funeral [2004]”

  1. wjkbx said

    Je plussoie abondamment. J’ai pas encore eu le temps d’en parler, mais la note sera la même que la tienne. Grosse décharge d’émotions, je me suis rendue compte à la première écoute du chef-d’oeuvre (j’ai dit 20 fois un truc du genre : « Waah… »), ce qui est plutôt rare.

    Excellente chronique :)

  2. juste un commentaire pour te,dire que j’apprécie l’sprit de ton blog ;)

  3. Olivier Morneau said

    à Wjkbx : merci bien, j’avais envie d’écrire ça depuis un bout bon déjà.

    à Mister Bark : merci aussi, c’est plaisant à savoir!

  4. Francky 01 said

    J’ai 34 ans. Si je n’écoute pas de merdes radiophoniques, c’est grâce à ma découverte, quand j’avais 13ans, des Bérurier Noir et du mouvement punk alternatif, très actif dans les années 80′. Après c’était Noir Désir, Pixies, Nirvana, RATM, Sonic Youth, Pavement, Gong, Bauhaus…….
    Et je suis entièrement d’accord avec toi (et on doit être nombreux) : « FUNERAL » d’ARCADE FIRE est un monument de pop baroque et lyrique, un sommet de grâce, de beauté et de virtuosité inégalé (et inégalable ??).

    A + + + !!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :